Poum: l’extrême nord de la Nouvelle Calédonie (avec vidéo)

Le week-end dernier, nous avons décidé de partir deux jours à Poum, tout au Nord de la Nouvelle Calédonie, et de passer la nuit au gîte du relais de Poingam:

carte

Poum se situe toujours sur la circo de Sylvain (qui représente le quart Nord Ouest de l’île, avec les îles Belep). Comme il souhaitait s’y rendre pour le travail, nous avons joint l’utile à l’agréable et l’avons accompagné. Il faut compter deux heures et demi / trois heures de route à partir de Koné, les paysages sont magnifiques, plutôt secs, comme toute la zone à l’Ouest de la chaîne de montagnes centrale.

P1090116

Nous avions le sentiment d’être dans l’Ouest Américain: les montagnes sculptées par l’érosion, les couleurs, la lumière, et même les peaux (voire crânes parfois!) de bêtes sur les panneaux ou poteaux! Personnellement, ça m’évoque beaucoup Painted Desert, près de Petrified Forest en Arizona, où nous sommes allés en 2013 mais en  moins fréquenté et avec la mer en plus. Nous avons traversé les villages de Voh, Kaala Gomen, et Koumac avant d’arriver à Poum où avait lieu une fête sur le thème de la mer.

42bd308b-f80f-48e3-b9f7-ef3e3e51211f

Oups! Le panneau criblé de balles, la limitation de vitesse modifiée, ce n’est pas très engageant… en plus il pleuvait (paraît qu’il n’y pleut jamais!)… Arrivés à la fête de la mer, nous avons mangé du poisson et du poulpe dans des stands de nourriture locale et n’avons pas été déçus : c’était délicieux et les gens étaient très gentils. Lilian a adoré l’igname et le tazar, de toute façon, il faudra bien qu’il s’y habitue! Je n’ai pas pris de photos car je n’ose pas, j’ai peur que les kanaks le prennent mal alors tant que je ne connais pas bien je me limite aux paysages! Nous sommes ensuite repartis pour 20 minutes de piste direction notre gîte: le relais de Poingam.

P1080996

P1080998

Le cadre est splendide, le mobilier entièrement en bois ou en pierre, et le tressage local est à l’honneur un peu partout.

Nous sommes en bord de mer, l’eau ressemble à un lac tellement c’est calme et nous nous sentons vraiment au bout du monde

img_2235

397abf5a-b154-4e68-b605-a1dea41a0a890402e40b-58cf-47d6-86d8-9a75d27572ef

Le lieu appelle à la détente et à la sérénité (on a deux enfants en bas âge et il pleuvait alors nous n’étions absolument pas sereins nous mais c’est l’endroit idéal pour partir à deux par exemple!)

P1080997

Il faut juste faire attention aux noix de coco assassines!

P1090052

Nous avons dormi dans un bungalow situé à 10 mètres de la plage, dont la salle de bain et les toilettes étaient semi-ouverts! Surprenant!

Au programme: petite plongée en apnée pour Sylvain puis balade sur la plage pour moi, pendant que ces messieurs barbotent:

P1090102

Et voici une petite vidéo des fonds près de Poingam:

(Sylvain) – il s’agit de mon premier bain de mer Calédonien. Sur le conseil d’une employée du gîte je pars nager du côté d’un ilot situé face à la côte bordant le gîte. Après un peu de marche, je me mets à l’eau. Les fonds sont sableux et la profondeur faible sur une bonne centaine de mètres. Après un peu de traversée à pieds, je mets la tête sous l’eau. Stupeur : de longs vers noirs ressemblant à des chambres à air de vélos jonchent les fonds et paraissent lécher tout ce qui passe à leur portée avec des sortes de barbillons blancs. Je n’avais jamais vu ça ailleurs, c’est plutôt pas très ragoûtant mais franchement exotique. Des concombres de mer, étoiles de mer, coquillages variés complètent le tableau. Je finis par quitter la zone du sable et des herbiers après avoir palmé (très) longtemps et parviens au premiers coraux. Après une zone surtout jonchée de débris probablement arrachés par les tempêtes successives s’ouvre la zone récifale. Les coraux sont bien plus variés que dans les Antilles. Parmi les cerveaux de vénus, de nombreux bénitiers semblent avoir fait leur trou. Ces bénitiers sont magnifiques avec leurs lèvres présentant des couleurs et motifs très diversifiés. De gros perroquets, des Dawas (sorte de poisson chirurgien à face de licorne) se laissent rapidement observer. Un peu essoufflé après avoir nagé longtemps pour arriver là, et ayant un ultimatum de retour rapide à respecter, je ne m’attarde pas. Le potentiel de la côte locale pour la pêche et des jolies photos est assuré, je rentre satisfait et croise un petit tricot rayé en rentrant. Un serpent très joli mais au venin paraît-il redoutable, je consacre ce qu’il me reste d’énergie à m’éloigner rapidement en espérant qu’il ne lui prenne pas la mauvaise idée de me suivre… Je ramène une petite étoile de mer à Lucien, qui se lie rapidement d’amitié avec celle-ci. Il faudra insister pour lui faire comprendre qu’il ne peut dormir avec elle dans son lit.


Le lendemain, Sylvain est parti travailler et nous sommes restés au gîte, où il pleuvait des cordes. Dès son retour nous nous sommes préparés à partir car nous comptions déjeuner au gîte de Kéjaon un peu plus loin. Mais c’était sans compter la qualité désastreuse de la piste après une nuit de pluies intenses: notre voiture a refusé de monter la côte et glissait dans tous les sens. Je vous laisse imaginer l’état de stress dans lequel j’étais, moi qui suis si sereine sur la route! 🙂 Note pour plus tard: acheter un 4X4 et non un SUV qui n’en a que l’apparence! Ici c’est vraiment indispensable!

img_2268

Nous nous sommes donc retrouvés bloqués, et avons déjeuné sur place. Au menu: crabe de palétuvier et Cari de cerf avec achards de papayes vertes. Il faut savoir que le cerf est un animal invasif en Nouvelle Calédonie et non endémique. Les directives locales tendent à encourager leur chasse.

Lucien a adoré le crabe et a demandé à la serveuse si c’était elle qui l’avait pêché! L’occasion pour nous d’en savoir davantage sur la capture de ce crustacé énorme: les femmes des tribus alentours le pêchent avec un crochet, parfois même à la main! Elles sont courageuses vu la taille des pinces! Du côté de Ouegoa il y a un système de pièges mais bien moins productif. Le droit coutumier leur permet de chasser le crabe de palétuvier toute l’année, on peut parfois en acheter sur le bord des routes. Le relais de Poingam a été le premier restaurant de Nouvelle Calédonie à proposer des menus « locavores ». Tous leurs produits sont achetés à la population locale et certifiés sans insecticides, sans pesticides et sans emballages plastiques. Les seuls produits non locavores du gîte sont: le riz, qui vient de Thaïlande, les produits laitiers, de Nouvelle Zélande et certaines matières grasses. Un établissement bio et éco responsable, avec un cadre idyllique et à un tarif correct (10 000 francs (80eur) la nuit en bungalow avec vue mer), je recommande chaudement!

Nous avons pu repartir plus tard dans la journée, avec la crainte que les radiers soient infranchissables, ce qui est le cas à marée haute lors de fortes pluies. Par chance nous avons pu rentrer. Rester une nuit supplémentaire en attendant que ça sèche ne m’aurait pas déplu mais le gîte était complet!

 

2 réflexions sur « Poum: l’extrême nord de la Nouvelle Calédonie (avec vidéo) »

  1. jean paul jouault août 24, 2018 — 03:37

    C’est à cause des balles ou des accidents que le site s’appelle POUM?

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close